FANDOM


Historiquement, l'Interdimensionnelle comporte avant tout des savants qui étudient le Néant distordu, le chaos de la Magie gangrenée, la manipulation des Arcanes, ou le Vide. Et ce, loin des tabous des peuples d’Azeroth voire des autres factions séparatistes liguées. La compromission dans des recherches interdites a toujours été soutenue par le Conseil séparatiste, comme un mal nécessaire et un sacrifice suffisamment "cloisonné" pour être bénéfique à la Ligue et aux peuples qu’elle défend.

Depuis sa création jusqu'à l'effondrement de la Légion ardente, L'Interdimensionnelle était connue sous le nom de La Contre-légion.

Histoire

Avant le Cataclysme

L'avènement de L'Interdimensionnelle sous la forme d'une "Contre-légion" est la conséquence du recul de la cause illidari, après la chute du Temple Noir en Outreterre sous les coups de l'Alliance et de la Horde et sous le poids de distensions internes. Le désenchantement et la défaite des résistants à la Légion, qu'étaient les partisans ou alliés d'Illidan Hurlorage et Kargath Lamepoing, renforçait indirectement la puissance de la Croisade ardente.

Les renégats et quelques éclairés, pour qui la cause illidari avait été prophétisée par-delà l'univers au cours d'une ère lointaine, ne purent se résoudre à abandonner la lutte malgré l'adversité et la trahison.

Durant le Cataclysme

La Contre-légion naît en l’An 31, par proclamation d’un jeune humain qui évoluait déjà dans le cercle du futur Conseil séparatiste. Simple orphelin ramené d’Outreterre, celui qui se fit connaître sous le nom d'Acedia l'Énergivore fut désigné comme héraut de cette nouvelle cause par Arthémidore de Corbeaulieu et "la Dame grise" Tahajmul d’Argus. Dans l’ombre en effet, l’altéracois apatride et l’érédar exilée mettaient en place les conditions d’une renaissance de l’idéologie illidari, exsangue depuis la chute du Temple Noir.

Cet acte de naissance s’accompagna d’une campagne "d’arrière-garde" qui tenta de rassembler des volontaires, et visa à maintenir la vigilance en Outreterre contre les assauts démoniaques. Peu d’élus survécurent moralement ou physiquement aux épreuves. Parmi ces rares survivants, ceux qui auront eu la curiosité d’enquêter à l’époque, découvrirent que cette opération était commanditée par un pacte avec des éthériens du Consortium. Ces derniers avaient reconnu la valeur des races azérothiennes et draeniques pour contrer la nuisance de la Légion dans le Néant distordu. Un certain Shfarid sera d’ailleurs souvent aperçu en compagnie des archontes de la Contre-légion depuis lors.

A la surprise générale, le prophète Velen en personne ainsi que des Naaru comme A’dal, donnèrent publiquement leur bénédiction à cette Contre-légion. Velen évoqua une « Armée de la Lumière » libératrice pour la première fois - ou du moins, la pleine mesure de ce prêche fut pour la première fois entendue.

Des Draeneï et Roués furent même personnellement impliqués, ils seront plus tard révélés comme l’ordre des « Alladaraï ». Des redresseurs de tort auront sûrement manifesté leur incompréhension, et les conservateurs de l’Aldor leur désaccord théologique, mais Tahajmul d’Argus et le Mande-gangrène Guloto semblèrent bénéficier de la même bienveillance de la part du Prophète Velen que Nobundo et ses chamans des années plus tôt.

Quelques rares chasseurs de démons en liberté se rallièrent peu à peu à la Contre-légion, qui comptait déjà des démonistes, des prêtres du Vide, des mages, et quelques troupes plus conventionnelles, ainsi que, bien entendu, des démons indépendants ou anciennement illidari.

Dans l'Azeroth en proie au Cataclysme, la Contre-légion intervint ponctuellement sur des menaces périphériques, pour aider la Ligue. 

Durant la Révolution Sombrelance

La Contre-légion se fit discrète durant la période des invasions de la Pandarie, bien que bénéficiant de nouveaux ralliements individuels. Le cas Voryanaku fut résolu, et le démoniste orc Zachariah s'engagea dans le soutien à la rébellion sombrelance.

En fait, la Contre-légion se concentrait majoritairement sur ses recherches, notamment en Outreterre, et se trouvait confrontée à l'hostilité ouverte du Kirin Tor et aux inquiétantes disparitions de ses chasseurs de démons, qui s’avéreront avoir été capturés et emprisonnés par les Gardiennes, même si une timide nouvelle génération avait pu être formée entre-temps.

Durant la Campagne de Draenor

La découverte de la nouvelle Draenor alternative, perdue dans le temps, fut une occasion pour les contre-légionnaires savants d’étendre leurs recherches et y affronter la Légion Ardente dans les ombres. Cette expérience préfigurait le retour de Gul’dan et la grande invasion démoniaque d’Azeroth.

Durant l'Invasion de la Légion

Dans le chaos du retour de la Légion, les chasseurs de démons captifs furent libérés des prisons des Gardiennes aux Îles Brisées. La plupart, enfermés depuis la bataille du Temple noir, n'avaient pas connu le renouveau de leur lutte sous la Contre-légion, mais certains y virent la concrétisation de leurs aspirations.

La grande lutte de libération des illidari et des contre-légionnaires se focalisa finalement sur les Îles Brisées, territoires-clés pour sceller la Tombe de Sargeras puis porter le combat sur Argus.

Grâce à l'intervention de la Dame grise, la magistrice Valande et ses partisans shal'dorei rallièrent la lutte et menèrent un mouvement de résistance à l'occupation de Suramar par la Légion, qui fut rapidement appuyé par les séparatistes dans leur ensemble.

Après la contre-attaque sur Argus par les Draeneï de Velen et les chasseurs de démons d'Illidan, appuyés par des ordres divers d'Azeroth et leurs champions, ainsi que les restes de l'Armée de la Lumière et la résistance Krokul locale, la Contre-légion vit l'aboutissement de son objectif fondateur : soutenir l'union des peuples et abattre la la Croisade ardente en son cœur.

La chute d'Antorus et l'élimination de l'état-major de la Légion ardente rendit caduc la "cause prioritaire" de la Contre-légion, enfin accomplie.

Un Conseil interne s'auto-saisit pour envisager la poursuite de leur mouvance, sous un autre nom, et devant des corruptions toujours menaçantes : des démonistes trop ambitieux, des successeurs de la Légion, des dieux malfaisants, des seigneurs du Vide... Ce nouveau nom devait rendre plus clair encore leur engagement et leur champ d'action : L'Interdimensionnelle.

Territoires

  • Certains espaces alternatifs du Néant distordu.

Zones d'influence :

  • Néant distordu
  • Outreterre
  • Lune-d'Argent
  • Îles Brisées

Voir aussi

Liens et références