FANDOM


Reliquat d'une caste disparue, le fonctionnariat impérial, Mademoiselle Yi fût, comme beaucoup d'habitants de Pandarie avant elle, fascinée par l'étude des bassins du Val de l’Éternel Printemps dont elle tire ses connaissances et ses pouvoirs magiques.


Description physique

Yi est une jeune femme à la fourrure rousse toujours soigneusement brossée.

Le museau généralement poudré, les babines légèrement peintes de rouge et les yeux surlignés au crayon, ses cheveux toujours relevés en un "chignon mogu", elle est bien en chair, aux formes scandaleusement rondes et à la queue touffue : une vraie beauté pour ceux de sa race.

Personnalité

Yi est une pandarène aux manières irréprochables. Son langage corporel est retenu, ses gestes modérés et délicats. Ceux-ci sont dictés par les ancestrales coutumes de la société pandarène, empruntes de patience et d'humilité.

Elle reste en outre  une philosophe avertie, nourrie de littérature et de culture antique, formée au concours impérial par les plus éminents chroniqueurs du Val de l’Éternel Printemps.

Orgueilleuse de part sa réussite personnelle et ses pouvoirs exceptionnels chez les pandarens, elle place la culture et les mœurs de sa nation au-dessus des autres, persuadée d'appartenir au peuple le plus raffiné du monde, et ne considère les autres castes que la sienne qu'avec mépris ou, au mieux, franche indifférence.

« De tous les vices, l'orgueil est propre aux gens du Val. »

  • Chroniqueur Sun - L'art de la paix

Histoire

Yi est issue d'une ancienne lignée de fonctionnaires impériaux, des bureaucrates aujourd'hui presque disparus.

Elle est mise en nourrice enfant dans le cadre du clan familial, dans la Forêt de Jade, puis est confiée très jeune à un précepteur qui la forme aux fondamentaux de la magie et de l'étiquette. Isolée jusqu'à l'adolescence dans une relation de maître et d'élève très philosophique et littéraire, Yi manifeste un talent inné pour la magie.

À sa majorité elle se rend finalement au Val de l'Éternel Printemps pour y passer le Concours impérial de catégorie 1, visant à sélectionner les aspirants fonctionnaires. Comme chaque année, peu de candidats se sont présentés, et encore moins sélectionnés : Yi est la seule élue par l'institution cette année là.

Perçue comme un prodige par le Corps des illustres fonctionnaires dévoués et loyaux au très sage Roi de tous les peuples de Pandarie, elle est beaucoup sollicitée et choyée par ses supérieurs. Elle passe avec succès le Concours impérial de catégorie 2 l'année suivante.

Surpris, et désormais inquiets par la prouesse de la jeune fille, les cadres du mandarinat tentent d'éloigner la jeune Yi des bassins du Val de l'Éternel Printemps, dont elle perçait chaque jour de nouveaux secrets.

Envoyée en tant que perceptrice d'impôt sur les routes sinueuses du Kun Laï, elle accomplie sa tâche beaucoup plus vite que prévu, et revient l'année suivante pour réussir avec succès le Concours impérial de catégorie 3. Elle découvre à cette occasion la souillure des bassins du Val de l'Éternel Printemps, et décide d'embrasser une carrière de diplomate.

Légion

Au moment de l'invasion d'Azeroth par la Légion Ardente, Yi constitue (seule, au vu du manque d'effectif) le corps diplomatique impérial envoyé à Dalaran.

Alors que la campagne des Îles Brisés fait rage, elle est désignée pour participer aux négociations de paix et de rédition avec le régime du Palais Sacrenuit. Selon ses propres mots, "l'ingérence de la Horde, de l'Alliance et du Kirin Tor dans le dossier de la rébellion rendent les tractations très, très musclées."

Enfin, elle rejoins les mages convoqués par la Tirisgarde pour appuyer la conquête de la Tombe de Sargeras, et bannir les ténèbres d'Azeroth.

L'invasion repoussée et Argus menaçante dans le ciel, elle poursuit son travail à Dalaran et prépare le Concours impérial de catégorie 4.

Citations

« - Eh bien, dans ces conditions, je représenterais le Ying Minh Tang auprès des clans Mogu. Je les ferais adhérer à la cause, ou les détruirais par le fer et le feu.
- Je n'ai pas d'objection... Quoi de mieux qu'un ancien fonctionnaire pour traiter avec les anciens tortionnaires ?
- Je prendrais ceci comme un compliment.»

  • Mademoiselle Yi et le chroniqueur Tueng, lors de la première réunion exceptionnelle du Ying Minh Tang.

«Les gens pensent que le temps est une simple progression de cause à effet. Mais, en vérité, d'un point de vue non-linéaire, d'un point de vue non subjectif, c'est plutôt une sorte d'énorme amas de bulles qui éclatent et se reforment dans lesquelles s'enchevêtrent évènements passés, présents et possiblement futurs en un méli-mélo très complexe en perpétuelle mutation.»

  • Mademoiselle Yi, essayant d'expliquer de façon simple la magie temporelle appliquée à Kythra Cours la Brume.

Tenue

Galerie