FANDOM


Reliquat d'une caste disparue, le fonctionnariat impérial, Mademoiselle Yi fût, comme beaucoup d'habitants de Pandarie avant elle, fascinée par l'étude des bassins du Val de l’Éternel Printemps dont elle tire ses connaissances et ses pouvoirs magiques.


Description physique

Yi est une jeune femme à la fourrure rousse toujours soigneusement brossée.

Le museau généralement poudré, les babines légèrement peintes de rouge et les yeux surlignés au crayon, ses cheveux toujours relevés en un "chignon mogu", elle est bien en chair, aux formes scandaleusement rondes et à la queue touffue : une vraie beauté pour ceux de sa race.

Personnalité

Yi est une pandarène aux manières irréprochables. Son langage corporel est retenu, ses gestes modérés et délicats. Ceux-ci sont dictés par les ancestrales coutumes de la société pandarène, empruntes de patience et d'humilité.

Elle reste en outre  une philosophe avertie, nourrie de littérature et de culture antique, formée au concours impérial par les plus éminents chroniqueurs du Val de l’Éternel Printemps.

Orgueilleuse de part sa réussite personnelle et ses pouvoirs exceptionnels chez les pandarens, elle place la culture et les mœurs de sa nation au-dessus des autres, persuadée d'appartenir au peuple le plus raffiné du monde, et ne considère les autres castes que la sienne qu'avec mépris ou, au mieux, franche indifférence.

« De tous les vices, l'orgueil est propre aux gens du Val. »

  • Chroniqueur Sun - L'art de la paix

Histoire

Le destin de Mademoiselle Yi fût tracé bien avant sa naissance.

Du côté maternel, son ascendance est constituée d'innombrables fonctionnaires au service de l'empire pandaren.

Ces bureaucrates, issus de toutes les couches de la sociétés, voient leur origine remonter à l'antiquité. La Première dynastie Mogu était un régime cruel et impitoyable, mais à partir du règne de Lei Shen se développa une société très structurée et organisée dans laquelle les fonctionnaires, reçus sur concours, étaient issu de tous les clans Mogu sans distinction. Sous le règne de l'empereur Tsao, la sélection des fonctionnaire fini par être ouvertes à toutes les races gouvernées par l'empire et ne furent plus choisi que sur le seul critère intellectuel. Malgré la chute de la première dynastie, la bureaucratie perdurera presque deux mille ans sous les règnes successifs des empereurs de Pandarie - jusqu'à la conclusion du règne de l'ultime empereur, Shaohao.

Aujourd'hui presque éteints, ces représentants d'un empire fantomatique ne sont guère plus que des mages habilités à accorder une licence de vol et à réguler le commerce de mascottes à l'est de l’Échine du Serpent.

Confiée à un précepteur dès son plus jeune âge, Yi n'a jamais fréquenté ses parents avant l'âge adulte. La majeur partie de son enfance et de sa jeunesse fûrent consacrées à la préparation du concours impérial, un rigoureux examen mêlant connaissances historiques, théoriques et philosophiques. Sous la tutelle d'éminents précepteurs, dont le notable chroniqueur Chow (et non Cho), mademoiselle Yi se plongea dans l'étude profonde des bassins du Val de l’Éternel Printemps et de l'antique magie des anciens Mogu.

Son mariage, arrangé depuis sa naissance et prévu pour sa majorité n'eut jamais lieu. Son fiancée, un vieux notable de la province de Zouchin, fût victime de l'invasion Zandalari qui suivit le Cataclysme.

C'est la raison pour laquelle Yi pris le titre de "Mademoiselle" en guise de pseudonyme lorsqu'elle fût reçue avec succès au concours impérial, et celui-ci lui tient désormais lieu de nom de famille.

Couturière de génie sur son temps libre, elle pris une longue année de congé au cours de laquelle elle ouvrit une échoppe de prêt-à-porter sur les quais du quartier commerçant d'Hurlevent, avant de devenir ambassadrice auprès de la Ligue des séparatistes.

Citations

« - Eh bien, dans ces conditions, je représenterais le Ying Minh Tang auprès des clans Mogu. Je les ferais adhérer à la cause, ou les détruirais par le fer et le feu.
- Je n'ai pas d'objection... Quoi de mieux qu'un ancien fonctionnaire pour traiter avec les anciens tortionnaires ?
- Je prendrais ceci comme un compliment.»

  • Mademoiselle Yi et le chroniqueur Tueng, lors de la première réunion exceptionnelle du Ying Minh Tang.

«Les gens pensent que le temps est une simple progression de cause à effet. Mais, en vérité, d'un point de vue non-linéaire, d'un point de vue non subjectif, c'est plutôt une sorte d'énorme amas de bulles qui éclatent et se reforment dans lesquelles s'enchevêtrent évènements passés, présents et possiblement futurs en un méli-mélo très complexe en perpétuelle mutation.»

  • Mademoiselle Yi, essayant d'expliquer de façon simple la magie temporelle appliquée à Kythra Cours la Brume.

Tenue

Galerie

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard